> Chirurgie

Chirurgie implantaire

Les implants dentaires ont permis depuis 30 ans de proposer des solutions de remplacement des dents pour (...) totalement édentée (sans dent) et pour laquelle la racine avait également été extraire , à distinguer des dents sur pivots pour lesquelles les racines sont toujours en place.
A ce jour en fonction de (...) le taux de réussite est très favorable.

Les implants dentaires sont une solution fiable :
lorsque la maladie mène à la perte de dents. A tout âge, la parodontose, les caries ou d’autres pathologies peuvent provoquer un édentement. Les implants dentaires sont alors le moyen idéal pour retrouver votre apparence antérieure.

lorsqu’un accident provoque la perte de dents. Dans la pratique d’un sport ou encore dans la vie courante, un petit accident est vite arrivé et même une perte de dent. Là encore, les implants dentaires vous font retrouver le confort esthétique et fonctionnel auquel vous êtes habitué.

lorsque des dents ont toujours été abscentes. Certains édentement peuvent aussi avoir une cause génétique. Dans le cas de dents qui ne se sont pas développées du tout ou de façon partielle, les aimplants dentaires formentla base solide de votre nouvelle dentition.

Pour plus d'informations, découvrez les instructions et les cas cliniques.

chirurgie dentaire

Chirurgie implantaire / Cas cliniques

Azoul

radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition

Cas n°1

radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition

Cas n°2

radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition

Chirurgie pré-implantaire

Quelque fois, il fait apparaître que pour une meilleure pose de l’implant, il soit nécessaire d’avoir recours à une chirurgie d’aménagement afin d’optimiser une meilleure stabilité de l’implant dans l’os.

Nous avons alors recours à une chirurgie pré implantaire également réalisée sous anesthésie locale, et souvent quelques mois avant la mise de l’implant lui-même.

Dans ces grandes lignes, elle consiste à permettre l’augmentation de la hauteur et ou de l’épaisseur d’os qui sera le site implantaire définitif.
Plusieurs techniques sont à votre disposition en fonction des cas de chacun. Pour plus d'informations, découvrez les instructions et les cas cliniques.

image radio

Chirurgie pré-implantaire / Cas cliniques

radio dentition
radio dentition
radio dentition
radio dentition

Questions / Réponses

Qu'est ce qu'un implant?
Un implant dentaire correspond à une racine artificielle de forme généralement cylindrique, en titane (métal toléré par le corps humain et ne suscitant aucune allergie), fixé dans l’os des mâchoires. Son but est de remplacer la racine d’une dent extraite et de servir de soutien à une couronne, un bridge ou une prothèse amovible (appareil dentaire). Ainsi, les implants permettent de remplacer une ou plusieurs dents absentes sans s’appuyer sur les dents voisines. Toutes les dents de la mâchoire peuvent être remplacées.

Retour en haut

Les différentes étapes du traitement
Un traitement implantaire comporte 4 étapes successives qui se déroulent sur plusieurs mois. Dans un premier temps, votre praticien doit s’assurer de la possibilité de poser un implant après un examen clinique et vos réponses à un questionnaire médical qui lui permettra de détecter s’il existe des contre-indications médicales dues à votre état de santé. D’autres conditions sont également requises pour permettre cette pose : qu’il y ait suffisamment d’espace entre les dents, mais aussi assez de hauteur et de volume osseux pour accueillir le ou les implants. Une radiographie panoramique complétée généralement par un scanner permet de confirmer ce second point. Intervient ensuite la pose de l’implant. Le praticien dispose de deux techniques : l’implant peut être totalement enfui ou dépasser légèrement de la gencive. La cicatrisation dure en général 4 mois pour la mâchoire supérieure et 3 mois pour la mâchoire inférieure. Les nouveaux implants et les nouvelles techniques permettent parfois de raccourcir ce délai Pendant cette période, l’os épouse la surface de l’implant qui s’intègre complètement à l’os, c’est ce qu’on appelle « l’ostéo - intégration ». Pendant la cicatrisation, les dents manquantes peuvent être remplacées par une prothèse amovible transitoire ou encore avec un bridge collé transitoire aux dents adjacentes si la situation clinique le permet. Restauration des dents : une fois l’ostéo–intégration complète obtenue, si la technique de l’implant enfoui a été choisie, l’implant est dégagé (« décapuchonage »)de sa gencive qui la recouvre lors d’une deuxième intervention chirurgicale mineure. Pour l’autre technique, cette intervention n’est pas nécessaire. Il ne reste plus alors qu’à réaliser le bridge ou la couronne par une technique proche de celle employée pour la réalisation d’une prothèse conventionnelle.

Retour en haut

Le déroulement de l'intervention chirurgicale
Même si cette intervention peut paraître impressionnante, elle est plus que souvent bien tolérée par les patients et toutes les précautions post – opératoires sont assurées pour éviter une infection .L’intervention chirurgicale requiert des règles d’asepsie rigoureuses. Elle se réalise sous anesthésie locale, comme pour soigner une carie par exemple, et peut être pratiquée en cabinet ou en bloc opératoire selon le contexte. Après avoir dégagé la gencive de l’os, le chirurgien fore l’os selon une procédure bien codifiée. L’implant est ensuite mis en place dans l’espace ainsi créé et la gencive est suturée. La durée de l’intervention dépend du nombre d’implants à poser et de la difficulté technique de la situation clinique. En général, une fois l’anesthésie faite, elle dure 30 à 45 mn pour un implant à 1 heure 30 pour 2 à 3 implants.

Retour en haut

L'intervention est elle douloureuse ?
Non, car elle n’est pas traumatique pour l’os et les suites opératoires sont simples. La plupart du temps, des antalgiques sont prescrits après l’intervention qui, en revanche, peut fréquemment engendrer un oedème plus ou moins prononcé, plus rarement un hématome.

Retour en haut

Des rejets sont-ils à prévoir ?
Nous ne pouvons pas parler de rejet au sens strict du terme car un implant n’est pas une matière vivante. Nous parlerons d’échec si la cicatrisation osseuse ne se fait pas correctement au contact de l’implant, celui-ci sera alors mobile. Le maintien de l’implant dans ces conditions n’est pas possible ; il faudra le retirer.

Retour en haut

En cas d'échec, quelle attitude adopter ?
L’implant peut être retiré sous anesthésie locale. Il sera alors remplacé par un implant de diamètre supérieure si cela est possible, ou par un implant du même type après cicatrisation osseuse quelques semaines plus tard. Il est extrêmement rare d’observer deux échecs consécutifs pour un même implant. Cet échec peut apparaître avant la mise en place des dents prothétiques ou quelques mois après. Plus rarement, une mobilité peut apparaître après plusieurs années .Elle est alors associée à une mauvaise hygiène autour des implants qui peut être évitée par un brossage efficace et des détartrages réguliers. Cependant, la grande cause d’échec est liée à la consommation de TABAC. On considère que l’on passe volontiers d’un taux de 98% à 60 % lorsqu’il existe une consommation de tabac(souvent même modérée). Enfin, de manière exceptionnelle, l’implant peut se fracturer à la suite d’un traumatisme important ou de traumas répétés. Toutefois, si la perte de l’implant est accompagnée d’une destruction de l’os environnant, le volume osseux ne permettra pas la pose d’un nouvel implant. Des techniques de greffe osseuse devront alors être envisagées si on désire restaurer les dents par des implants.

Retour en haut

Durée de vie des implants
Aujourd’hui, les études cliniques tendent à prouver qu’un implant a une durée de vie plus longue qu’un bridge à appui dentaire. En théorie, un implant peut durer plusieurs dizaines d’années. Ceci suppose bien sûr que le système implantaire choisi soit fiable, et que l’ensemble des différentes étapes du traitement implantaire soit réalisé dans des conditions rigoureuses. D’une manière générale, les taux de succès sont supérieurs à la mandibule (mâchoire du bas), qu’au maxillaire (mâchoire du haut), en raison notamment de sa constitution et sa qualité osseuse.

Retour en haut

Il me manque une dent. Comment choisir entre un bridge et une couronne sur implant ?
L’implant permet de remplacer une dent sans aucun appui sur les dents voisines. Il est donc particulièrement indiqué si les dents voisines de l’édentement sont saines, ou peu délabrées. Le traitement implantaire constitue le plus souvent un traitement plus long que la réalisation d’un bridge, il nécessite davantage de rendez-vous et s’étend sur une grande durée (plusieurs mois).

Retour en haut

Peut-on me poser un implant alors que j'ai des problèmes de gencives ?
Comme il est impensable de construire une maison sans fondations solides, il est impensable de poser un implant dans un os « malade ». Or, certaines bactéries de la plaque dentaire qui s’accumule chaque jour sur les dents, peuvent provoquer dans certaines conditions une infection de la gencive (gingivite) et de l’os d’ancrage des dents (parodontite). Elles ont également le potentiel de détruire l’os qui maintient un implant : on parle alors de péri - implantite. Sans traitement approprié, les bactéries prolifèrent et continuent de secréter des toxines, ce qui aggrave les pathologies. Il est donc primordial de traiter les maladies des gencives avant d’envisager une solution implantaire.

Retour en haut

Peut-on me poser un implant alors que j'ai des problèmes de gencives ?
Comme il est impensable de construire une maison sans fondations solides, il est impensable de poser un implant dans un os « malade ». Or, certaines bactéries de la plaque dentaire qui s’accumule chaque jour sur les dents, peuvent provoquer dans certaines conditions une infection de la gencive (gingivite) et de l’os d’ancrage des dents (parodontite). Elles ont également le potentiel de détruire l’os qui maintient un implant : on parle alors de péri - implantite. Sans traitement approprié, les bactéries prolifèrent et continuent de secréter des toxines, ce qui aggrave les pathologies. Il est donc primordial de traiter les maladies des gencives avant d’envisager une solution implantaire.

Retour en haut

J'ai un implant, comment le conserver le plus longtemps possible ?
Vous devez assurer tous les jours une hygiène bucco-dentaire efficace pour éviter l’accumulation des bactéries. Il est recommandé de se brosser les dents au moins matin et soir, après les repas, en utilisant une brosse à dents manuelle, à poils souples et arrondis en nylon, en partant toujours de la gencive vers les dents, à l’extérieur et à l’intérieur, et en brossant séparément les dents du bas des dents du haut. Un nettoyage entre les dents ou les implants, réalisé selon la taille des espaces avec un fil dentaire, des bâtonnets en bois ou des brossettes, est nécessaire car les poils de la brosse à dents n’atteignent pas ces régions. En effet, cette hygiène dentaire quotidienne permet de maintenir la bouche en bonne santé et d’éviter la multiplication de certains micro-organismes qui peuvent entraîner des maladies inflammatoires sur la gencive et l’os qui soutiennent aussi bien les dents naturelles que les implants. Des rendez-vous de contrôle sont donc indispensables pour intercepter les premiers signes avant-coureurs d’une pathologie éventuelle pouvant mettre en péril le résultat final.

Retour en haut

Existe-t-il des contre-indications à la mise en place d'un implant ?
Il existe deux grands groupes de contre-indications : Le premier est d’ordre médical : Une intervention chirurgicale ne doit pas engendrer de risques inconsidérés pour le patient. La pose d’implant ne peut être envisagée si le patient prend certains médicaments ou souffre d’une maladie qui peut empêcher le bon processus de cicatrisation. La consommation excessive d’alcool et de tabac est une contre indication. Le deuxième est relatif à la situation clinique : Une quantité insuffisante d’os en hauteur et en épaisseur, la présence de sinus très volu mineux ou d’un trajet nerveux ou artériel proche du sommet de l’os peuvent par exemple compromettre la pose d’implants.

Retour en haut

Je n'ai pas assez d'os pour poser un implant. Existe-t-il une solution ?
Le manque d’os peut se présenter de deux façons : en hauteur ou en largeur, voire les deux. Ceci est réalisé à l’aide d’une greffe osseuse. Souvent, l’os est prélevé, soit au niveau menton (symphyse), soit au niveau de l’angle de la mandibule (ramus), ou apport d’os à partir d’une banque d’os comme c’est le cas en chirurgie orthopédique.sino selon le cas au maxillaire, il est fréquent d’utiliser de l’os synthétique, véritable précurseur de propre cicatrisation et réparation osseuse. C’est alors que dans un second temps, après s’être assuré que l’os présent en quantité suffisante, les implants seront mis en place.

Retour en haut

Les implants sont-ils remboursés par la sécurité sociale ?
Non, les implants ne sont pas remboursés par la sécurité sociale contrairement aux appareils amovibles et aux couronnes. Il en est de même pour les examens radiographiques nécessaires avant la pose des implants. Certaines mutuelles remboursent partiellement le traitement.

Retour en haut

Témoignages

Bonjour Docteur, je veux vous remercier pour votre "travail" sur ma dentition, ou plutôt, mon absence de dentition. La pose de ces neufs implants me convient parfaitement et me permet de retrouver une mâchoire de jeune homme. Je veux aussi vous féliciter pour votre pugnacité à résoudre les problèmes qui se sont posés, notamment dus à ma faible ossification. Enfin, votre gentillesse, ainsi que celle de votre assistant et votre savoir-faire m'ont convaincu de vous recommander a mes amis et proches. Cordialement,

Michel S.

Je tiens tout d'abord à faire l'éloge de la clinique dentaire. J'y ai apprécié l'espace, clair, attrayant, où s'impose partout l'hygiène, ainsi que l'accueil, dynamique et sympathique du Docteur et de son équipe. Immédiatement la confiance s'installe et tout semble aller très vite : après acceptation du devis un rendez-vous est fixé et, dans la salle aseptisée, après anesthésie, l'implant est posé. Une semaine après les fils sont enlevés, et au bout de 3 mois c'est la pose du pilier, puis l'empreinte de la couronne et enfin la pose de cette
dernière : c'est alors le ravissement du confort dentaire et un grand merci au Docteur. Aussi, n'ai-je pas hésité cinq mois après, en 2012, à revenir pour un deuxième implant. La contrainte de cinq rendez-vous successifs s'efface compte-tenu de la qualité de l'établissement et des prix pratiqués.

Elisabeth C.

Le Docteur m'a posé 6 implants. Il est d'un grand professionnalisme. On se sent totalement en confiance. L'équipe est extrêmement sympathique. Le lieu est d'une grande propreté.

Catherine C.